foto foto foto foto

Sur le profit, la chance, l’intégrité et le capitalisme responsable

 

Le profit

 

• Débutons par le profit. « En ne cherchant que son propre intérêt, elle travaille souvent pour l'intérêt de la société, » a écrit Adam Smith à propos de la « main invisible » du marché dans son livre La richesse des nations.

• Il est souvent fait référence à une entreprise comme à un certain type de machine avec diverses entrées et le profit comme sortie.

• Les économistes nous apprennent d’habitude que le but d’une entreprise est de maximiser sa valeur pour l’actionnaire. Mais diriger une entreprise et en même temps ne s’intéresser qu’à son profit, cela revient à jouer au tennis tout en ne regardant que le tableau de score.

• Si vous souhaitez gagner, il vaut mieux selon moi suivre comme au tennis non pas le tableau de score, mais la balle – de façon à maximaliser le profit à long terme il est préférable de ne pas faire du profit l’objectif principal de l’entreprise.

• Paradoxalement en ce qui concerne le profit, vous ne l’atteindrez sur le long terme que si vous ne vous concentrez pas directement dessus.

 

Le bonheur

 

• Pour ce qui est du bonheur, il est possible de l’atteindre à court terme en atteignant des objectifs concrets de « bonheur ».

• Je serais heureux lorsque je partirai en vacances le…Je serais heureux lorsque j’achèterai ce cabriolet...Je serais heureux lorsque ma femme se comportera différemment...Je serais heureux lorsque j’augmenterai le profit de 25%...

• De mon humble avis, un tel bonheur a peu de valeur – il est conditionné par quelque chose. Je serai heureux lorsque…est une déclaration qui dit clairement que je ne suis actuellement pas heureux et que lorsque je serai heureux, cela ne sera qu’une joie de courte durée qui tôt ou tard me verra revenir à mon état normal dans lequel je ne suis pas heureux.

• Le profit ou la richesse mènent rarement à autre chose qu’à un bonheur de courte durée. Je connais en fait beaucoup de gens riches qui ne sont pas heureux car leurs vies sont conditionnées.

• De par mon expérience, le bonheur est un état d’esprit qui n’est conditionné par rien et qui a plus son origine dans le fait de donner que dans celui de recevoir. Il peut avoir ses racines dans une recherche d’un sens plus profond, dans des produits ou des services impeccables, dans des clients enthousiastes et satisfaits, dans des fournisseurs parfaits, des employés heureux, une responsabilité par rapport à la société civile ou vis-à-vis de l’environnement.

 

 

Intégrité

 

On entend dire : « Si tu grandis dans une famille dans laquelle la règle est le compliment, le soutien et l’attention à l’autre, alors il est plus probable que tu vas apprendre à estimer les autres et à les respecter, et en même temps tu auras une plus grande confiance en toi. »

C’est particulièrement la confiance en soi et le besoin d’être une personne heureuse qui donnent la force de se décider de manière juste et de façon éthique, même lorsqu’il existe une pression de l’entourage pour qu’il en soit autrement.

Il me vient à l’esprit ce poème de Dale Wimbrow

 

 

The Man in the Glass (L'Homme dans le miroir)

 

Dale Wimbrow

 

 

 

Quand tu atteins ton but dans la recherche de ton moi

et que le monde pour un jour fait de toi un roi,

va à un miroir et regarde-toi.

Demande-toi ce que cet homme là pense de toi.

 

Car ce n'est ni ton père, ni ta mère, ni ta femme

qui peuvent porter un jugement sur toi.

L'homme dont le verdict compte le plus dans ta vie

est celui qui te rend ton regard dans le miroir.

 

Certaines gens peuvent penser que tu es un ami loyal

et t'appeler un gars merveilleux.

Mais l'homme dans le miroir te dit que tu es un voyou

si tu n'arrives à le regarder droit dans les yeux.

 

Il est celui que tu dois plaire, laisse faire les autres

car il est avec toi jusqu’à la fin

et tu as passé le test le plus difficile et le plus dangereux

si l'homme dans le miroir est ton ami.

 

Tu peux tromper le monde entier au cours de ta vie

et te faire louanger en passant,

mais tu ne récolteras que larmes et malheurs,

si tu triches avec l'homme dans le miroir.

 

 

 

Le capitalisme responsable :

 

 

• Ce mot d’ordre et cette philosophie qu’a imposé Muhamad Yunus lorsqu’il a fondé en 1983 au Bangladesh la Grameen Bank, sont la raison pour laquelle cette banque a non seulement aidé des millions de gens à sortir de la pauvreté, mais aussi à conserver une stabilité financière. Elle accorde gratuitement des micro-prêts aux femmes (94%) qui se trouvent sous le seuil de pauvreté. Cette banque atteint un taux de recouvrement de 97% (ce qui est l’un des meilleurs taux dans le monde). Le secteur bancaire du Bangladesh connaît en fait des taux de recouvrement qui sont inférieurs à 60%. Avec plus de 3 millions de clients venant de 50 000 villages, ce sont en moyenne plus de 2 millions de dollars qui sont retirés de la banque chaque jour. Les méthodes de la banque Grameen sont maintenant appliquées dans plus de 58 pays dans le monde, y compris les USA, le Canada, la France, la Norvège et les Pays-Bas.

• Le capitalisme responsable ne doit pas toujours avoir ces traits héroïques comme c’est le cas dans l’exemple cité ci-dessus ou aussi en ce qui concerne la fondation de Bill et Melinda Gates qui s’efforce d’éradiquer la malaria et le SIDA de la surface de la planète.

• Il peut aussi s’agir du « service aux autres » - d’excellents exemples sont les sociétés Nordstrom, Whole Foods ou Singapore Airlines. Ou on peut citer la « recherche d’excellence » que poursuivent le Four Seasons Hotels ou Apple. Un objectif valable peut aussi être « excitation ou découverte » - parmi de nombreuses sociétés nous pouvons nommer par exemple Google ou Amgen qui se fixent des buts ambitieux. Et bien sûr il pourrait aussi s’agir d’autres objectifs tout aussi élevés.

• Dans son livre, « Les entreprises bien aimées : la poursuite du sens et du profit » (en titre original « Firms of endearment: the pursuit of purpose and profit », Wolfe Sisodia et Sheth 2007 Wharton school publishing), les auteurs ont sélectionné 30 entreprises qui sont dirigées de façon à optimiser leurs valeurs pour toutes les parties prenantes et ils comparent leurs activités sur plus de dix ans avec l’index S&P 500. Les résultats de ces entreprises ont dépassé de plus de 600% ceux des entreprises de S&P 500. Ceci ne peut pas être le résultat du hasard. Je suis persuadé que c’est le résultat d’un modèle commercial de pointe qui devrait être selon moi le modèle dominant du 21e siècle.

• De plus je n’ai pas peur d’affirmer que, d’un point de vue plus global, l’objectif d’une entreprise doit être que la vie sur terre soit meilleure, que cette entreprise apporte une certaine valeur à la société civile et à l’environnement et qu’en même temps elle soit profitable.

 

Conclusion

 

• Le vieux paradigme sur l’optimisation de la valeur pour l’actionnaire doit être remplacé par le nouveau CAPITALISME RESPONSABLE. Il s’agit de maximaliser la valeur pour toutes les parties prenantes parmi lesquelles, les plus importantes, hormis les clients, employés, fournisseurs et ...bien entendu les actionnaires, sont la société qui nous entoure et aussi l’environnement.

• Pour y arriver, nous avons besoin d’un management très solide du point de vue moral. Le renforcement positif et le compliment sont nos seuls instruments qui peuvent créer une telle confiance nécessaire à un dirigeant capable de mettre en place l’intégrité et le capitalisme responsable et de maximiser par là-même le bonheur et aussi le profit pour toutes les parties prenantes.

• Je suis profondément convaincu que lorsque le nombre de tels responsables augmentera, nous atteindrons au cours de cette décennie ou dans la prochaine le moment où ce nouveau réseau de leaders occupera le vide créé par les politiciens. Je suis peut-être trop optimiste, mais l’espoir est le plus grand véhicule du succès. Il se dit qu’un jour de toute manière nous allons tous « manger les pissenlits par la racine », mais avant cela il existe un espoir qui vaut la peine de vivre. A Zátiší, nous cherchons sans cesse à appliquer un capitalisme responsable avec intégrité de façon à créer un monde meilleur à vivre et en même temps dégager du profit et faire en sorte que toutes les parties prenantes soient satisfaites.

 

Sanjiv Suri

sanjiv,zatisigroup,cz